Aziza et Tasha

Il faisait chaud et humide dans les jardins. Même à l’ombre des arbres Aziza suffoquée et ne supportait plus le contact de sa peau avec son vêtement.

Elle découvrit sa poitrine et invita Tasha à faire de même. La chaleur était un peu plus supportable ainsi et les deux femmes avaient enfin l’occasion de s’admirer l’une et l’autre.

Les mains d’Aziza, toujours habitées d’une grande douceur, se posèrent sur la peau pâle de sa protégée. Elles parcoururent ses épaules, ses bras, ses seins fermes et pour terminer sa taille qu’elle attira fermement contre elle.