Billy

On nous conseille, depuis petite fille, de nous enticher de l’homme fort, du puissant, du bestial. Ce que l’on nous demande moins, c’est d’aimer le fragile, le secret et l’épris…

C’est pourtant bien le second que je préfère…

À mon sens il est bien le seul apte à construire et à nous dévouer un monde, par la seule force de son âme et non celle de ses bras.